CONSULTATION POUR L’ELABORATION D’UNE STRATEGIE DE PROMOTION EGALITE DES GENRES ET DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES BASEES SUR LE GENRE

We are Save the Children. We work in more than 120 countries. We save children’s lives. We fight for their rights. We help them fulfill their potential.

 

A propos de Save the Children

Save the Children International est une Organisation Non-Gouvernementale (ONG) Leader dans le domaine de la protection et défense des droits de l’enfant. Nous travaillons avec nos partenaires, pour insuffler des avancées dans la façon dont le monde traite les enfants et parvenir à un changement immédiat et durable dans leur vie. Nos Valeurs sont : REDEVABILITE – AMBITION – COLLABORATION – CREATIVITE – INTEGRITE.

Save the Children en RDC

Save the Children a commencé à travailler dans la République démocratique du Congo en 1994, lorsque le conflit a commencé dans l’est du pays. La République démocratique du Congo est reconnue pour être l’un des pays dans lesquelles les enfants sont soumis à de plus grande atrocités. L’accès aux services essentiels est très limité et les enfants sont soumis à l’exploitation généralisée et d’abus, y compris le recrutement dans des groupes armés, le travail forcé, les abus sexuels et l’abandon.

CONTEXTE

Les projets seront mis en œuvre dans les Territoire de Fizi et d’Uvira (Sud-Kivu) avec pour perspective de mettre en place un environnement protecteurs pour les enfants congolais et les enfants burundais durement affectés, depuis 2015, par les effets conjugués des affrontements entre l’armée nationale et les forces et groupes qui suscitent des déplacements massifs des populations d’une part et d’autre part par l’afflux des personnes réfugiés, consécutif à la crise politique au Burundi.

Les projets ont pour but de protéger les enfants démunis et vulnérables contre les violences en contexte de conflit. Spécifiquement, il s’agira : (i) de réduire la vulnérabilité des filles et des garçons, affectés par les conflits armes, au recrutement et à la séparation de leurs familles ; (ii) de protéger les filles et les garçons des violences sexuelles basées sur le genre et (iii) de renforcer les systèmes de protection de l’enfant. L’accent sera mis sur : la prévention de l’enlèvement, du recrutement et de l’utilisation d’enfants ; la réintégration familiale et communautaire des enfants séparés ; la prévention de la violence sexuelle contre les filles et les garçons et l’accès des survivant(e)s aux soins et a des mesures de protection sensibles au genre et appropries à leurs âges ; le renforcement des capacités des membres du Groupe de travail sur la protection de l’enfance et de deux (02) ONG locales. L’approche genre sera intégrée pour des réponses appropriées aux problèmes et aux risques spécifiques auxquels sont confrontés les garçons et les filles en contexte de conflit armé. Les projets auront pour cibles 1800 filles et 1200 garçons issus de 30 camps et communautés, survivant(e)s et / ou exposés aux des graves violations de leurs droits et qui sont à risque d’être séparés de leurs familles.  Un nombre supplémentaire de 30 000 filles et garçons, femmes et hommes, filles et garçons bénéficieront de la prévention des risques de violence sexuelle et sexiste et de recrutement et d’utilisation forces et groupes armés.

JUSTIFICATION

Les facteurs structurels des inégalités de genre en RDC sont liés a des normes sociales qui consacrent la domination masculine ; des écarts dans le domaine de l’alphabétisation qui empêchent les filles et les femmes d’acquérir des compétences cruciales pour la jouissance de leurs droits humains et un cadre législatif caractérisé par des vides juridiques sur les questions d’égalité des genres et de protection des femmes et filles vulnérables à l’instar des veuves.

Les situations de conflit et surtout de conflit armés, avec la déstructuration subséquente de l’environnement protecteur des filles et des femmes amplifient les effets pervers de l’inégalité des genres en RDC. En milieu scolaire, les filles sont vulnérables aux abus sexuels de la part des enseignants et de leurs pairs les risques d’attaque et d’occupation de la surpopulation inhérente aux déplacements du relâchement de la discipline et l’irrégularité des cours consécutives à l’insécurité.

Elles sont à risque   des grossesses précoces et aux infections sexuellement transmises et aussi, des mariages précoces dans un contexte ou 39% de femmes âgées de 20 à 24 ans étaient mariées avant l’âge de 18 and (UNFPA, 2016). Au seins des communautés, les femmes, dans l’exercices de les rôles traditionnels de produire la nourriture, de collecter le bois de chauffe … elles sont très exposées aux formes d’abus et de violences sexuelles. Les femmes des groupes déplacés sont très vulnérables du fait du de la disparition de leurs réseaux habituels de soutien et les femmes des communautés d’accueil supportent des charges additionnelles inhérentes à la pression exercée sur les ressources par les personnes déplacées.  En contexte familial, Les filles endurent les charges domestiques y compris la prise en charge de leurs cadets ; certaines se livrent à des ventes ambulantes pour améliorer le revenu familial, ce qui les expose à des formes d’abus sexuels. Par ailleurs, les filles et les femmes sont victimes d’exploitation et d’abus sexuels par le personnel des agences humanitaires et certaines sont contraintes à se livrer à des formes de prostitution (transactional sex). En RDC finalement, le viol des femmes et des filles a été et serait encore utilisé comme arme de guerre.

Dans le contexte du Sud-Kivu, ou les besoins, en services et en protection,  des femmes et des filles  se particularisent par leur nature, leurs dimensions et leur intensité, l’élaboration d’une stratégie spécifique s’avère indispensable pour assurer l’intégration effective de l’approche Genre aux efforts de réduction de la vulnérabilité des filles et des garçons au recrutement et à la séparation de leurs familles ; de protection des filles et les garçons des violences sexuelles basées sur le genre ; d’offre de soins et des mesures de protection sensibles au genre aux survivant(e)s des VSBG et de renforcement des systèmes de protection de l’enfant en contexte de conflit armé.

Avec cette perspective, la stratégie sera élaborée sur la base d’une approche participative qui d’abord va permettre d’identifier de manière consensuelle avec les filles, les garçons, les femmes et des hommes au sein camps et des communautés d’accueil, les déterminants  des différentes formes d’IG et de VSBG et qui ensuite, par voies de concertation va permettre l’identification d’approches structurées pour éradiquer les facteurs de l’IG, promouvoir l’EG, prévenir les VSBG et améliorer les approches des prise en charge les survivantes. Aussi, cette stratégie va promouvoir une participation équitable des femmes, des hommes, des filles et des garçons aux réponses humanitaires et contribuera, se faisant, à bâtir la résilience des familles et des communautés cibles du Projet.

La stratégie sera élaborée dès l’entame du Projet et mise en œuvre à partir du second semestre, évaluée à mi-parcours pour apporter d’éventuels ajustements requis et définir une stratégie de pérennisation qui sera prise en compte tout au long de la dernière année du Projet.

III – OBJECTIFS ET RESULTAT DE LA CONSULTATION

III.1 Objectif :

  • Elaborer une stratégie contextualisée (Sud Kivu) pour la promotion de l’Egalite des Genres et pour la lutte contre les formes de violences sexuelles basées sur le Genre (VSBG) dans les Communautés / Camps.

III.2 Résultats attendus :

1. Un document de stratégie comprenant ;

  • Des Informations et données factuelles sur les IG, les VSBG leurs déterminants, leurs conséquences dans les sites du Projet (Axe Uvira – Kamanyola)
  • Les approches communautaires de promotion de l’Egalite des Genres (EG) et le lutte contre les Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG) ;
  • Une stratégie de pérennisation des interventions de lutte contre les VSBG en contexte de conflit, qui sera éventuellement ajustée suite à l’évaluation à mi-parcours du projet

2. Un manuel de mise en œuvre de la stratégie 
Le manuel comprendra essentiellement des guides d’intervention, identifiés plus loin, pour opérationnaliser la mise en œuvre de la stratégie par les acteurs formels (DIVIGENRE, Assistants Sociaux) et informels (ONG, RECOPE, CFS, ….) ;

IV – TACHES DU CONSULTANT

1. Identifier et former les agents de collecte des données / facilitatrices des Groupes de Discussion et organiser et assurer leurs déplacements sur les sites de la Consultation ;

2. Collecter moyennant la tenue des Focus Group Discussions (FGD), des Entretiens avec des Informateurs-clés et toute autre technique de collecte des données appropriées les informations et données sur :

  • Les formes d’IG et VSBG leurs déterminants, leurs conséquences sur les survivantes ;
  • Les formes d’IG et de VSBG dans les familles, communautés, dans les camps des refugiées et des personnes déplacées ;
  • Les formes d’IG et de VSBG parmi les filles et les garçons en en milieu scolaire et en dehors du système éducatif ;
  • Les formes d’IG et de VSBG dans les services sociaux de base (formation sanitaires & services sociaux) ;
  • Les perspectives efficaces de promotion de l’EG et de lutte contre les VSBG au sein des familles, les communautés et des Camps ;
  • Les perspectives de promotion de l’EG et de lutte contre les VSBG parmi les filles et les garçons en milieu scolaire et en dehors du système éducatif ;

Les participants aux Focus Group Discussions (FGD) seront : (i) des filles – garçons en milieu scolaire ; (ii) des filles – garçons hors du système éducatif ; (iii) des leaders religieux et traditionnels) ; (iv) des enseignant(e)s ; (v) des intervenant(e)s des structures formelles (DIVAS, DIVIGENRE, Formations sanitaires Police Spéciale de Protection de la Femme et de l’Enfant ….) et (vi) des intervenants des structures informelles (ONG, RECOPE, organisations de la Société Civile, ……). Quant aux Informateurs-clé, il y aura et pas seulement, des Magistrats, des Médecins, les Co-lead du Groupe Technique Protection de l’Enfant ;

3. Recenser, moyennant la revue de documents pertinents :  des expériences pertinentes et les bonnes pratiques en matière de promotion de l’EG et de lutte contre les VSBG en contexte de conflit armé et plus spécifiquement dans le Sud Kivu d’une part, et d’autre part, les expériences inefficientes et les pratiques à éviter dans ce domaine ;

4. Elaborer une cartographie des formes d’inégalité de genre (IG), de violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) et leurs facteurs en milieux communautaires/camps, en milieu éducatif, et dans les services sociaux de base et dans les Camps

5. Elaborer les approches communautaires de promotion de l’Egalite des Genres (EG) et le lutte contre les Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG) ;

6. Définir une stratégie de pérennisation, qui sera éventuellement ajustée suite à l’évaluation à mi-parcours ;

7. Elaborer un manuel de mise en œuvre de la stratégie comprenant des (…….) guides d’intervention pour opérationnaliser la mise en œuvre de la stratégie par les acteurs formels (DIVIGENRE, Assistants Sociaux) et informels (ONG, RECOPE, CFS, ….). Il y aura notamment des Guides pour :

  • Organiser les campagnes publiques de sensibilisation
  • Amener les filles et les garçons, en milieu scolaire et en dehors du système éducatif, à adopter et à appliquer des attitudes et des comportements non-violents et sensibles au Genre ;
  • Déconstruire les déterminants socio-culturels des formes d’IG et des VSBG ;
  • Mettre en place et manager un mécanisme communautaire de gestion des plaintes relatives aux VSGB
  • Promouvoir l’EG et les conduites non-violentes à l’égard des femmes et des filles :
  • Au sein des familles ;
  • En milieu scolaire ;
  • Au sein des groupes communautaires ;
  • Dans le cadre des services sociaux de base.

IV – METHODOLOGIE DE LA CONSULTANCE

V.1 – Inception Report 
La collecte des informations et des données factuelles sur les formes d’IG et de VSBG leurs causes, facteurs et conséquences se fera sur les sites du Projet (Axe Uvira – Kamanyola). Le / la Consultant(e) soumettra en amont un « inception Report » décrivant dans le détail :

  • Les approches méthodologiques et les outils qui seront utilisées en indiquant leurs degrés de fiabilité et de validité ;
  • Une liste (initiale) des sources documentaires qui seront traitées ;
  • Un échéancier de production des outputs / livrables de la consultation identifies au point III.2 (Résultats attendus) ; 
  • Un agenda / chronogramme de travail n’excédant pas 60 jours ouvrables.

V.2 – Responsabilités de Save the Children 
Mettre en place des mesures de facilitation pour la conduite du processus de Consultation, incluant :

  • Mettre à la disposition du Consultant, la documentation pertinente sur les orientations et les priorités de Save the Children International dans le domaine du Genre
  • Obtenir, en tant que de besoin, auprès des Autorités Administratives et du Comité National des Réfugiés (CNR) les autorisations requises pour mener les activités de collecte des données dans les communautés et les Camps ;
  • Mettre à disposition un espace de travail au bureau de SC à Uvira ;
  • Payer les per diem des agents de collecte des données / facilitateurs – facilitatrices des groupes de discussion ;
  • Assurer la logistique (transport) et la sécurité pour les déplacements entre le bureau de SC a Uvira et les sites de collecte des données

V.3 – Supervision de la Consultation

  • La / le Consultant sera supervisé par le Protection Program Manager basé à Uvira avec l’appui technique du Gender Specialits en ce qui concerne la revue des draft et la validation des documents

V.4 – Durée de la Consultation

  • 50 (cinquante) jours ouvrables

VI. PROFIL DU CONSULTANT

  • Etudes Universitaires / Supérieures (Master, Doctorat, PhD) dans les domaines des Sciences Sociales, Ethnologie, Droits Humains ; Droit International Humanitaire
  • Formations complémentaires dans de domaine du Genre (Egalite des Genres, violences sexuelles basées sur le Genre et protection de l’Enfant) ;
  • Expériences antérieures de recherches en contexte humanitaire
  • Familiarité avec la technique de Focus Group discussion

 

Désirable :

  • Bonne connaissance du contexte du Sud-Kivu ;
  • Maitrise du swahili

Comment postuler ?

Envoyer votre dossier de candidature (Lettre de motivation, Copies de diplôme, Attestation de service rendus, CV avec 3 personnes de référence et une attestation de résidence) adressé au Directeur des Ressources Humaines et Administration au plus tard le 15 Juillet 2017 à 16h00’ avec en objet, la mention « Consultant stratégie promotion genre » à l’adresse électronique : Drc.Recruitment@savethechildren.org.